Résistance

    Il y a 50 ans, René DUMONT et d’autres lançaient un signal écologique que tous les pays développés aurait dû prendre en compte, où ils préconisaient une gestion à l’échelle mondiale de toutes les ressources de la planète. Au lieu de cela, l’économie et les gouvernements poussaient la machine industrielle à fond, stimulés par la guerre froide contre l’URSS, tous en course pour le PIB, poussant à la consommation et dopant leurs entreprises dans une promesse de «plein emploi». C’est là qu’ils ont abandonné la création monétaire au profit des banques privées devenant dépendants de la finance à travers les agences de notation. Les décennies suivantes, les gouvernements ont vu grimper leur endettement et ont privatisé à tout va pour réduire la dette, y compris des secteurs publics qui touchent directement le territoire (EDF, télécoms, autoroutes, poste,…) et la vie sociale de ceux-ci en bradant ces services et déroulant un tapis rouge aux entreprises et au capital. Les états s’appuyant par idéologie néolibérale et par intérêt sur les entreprises pour cette course à la puissance, ont laissé le capital s’internationaliser et ont aidé les entreprises quitte à nationaliser les pertes. Les pays ont renoncé à tous les leviers permettant de gouverner et d’être indépendants, focalisés sur la compétition au PIB et la croissance, oubliant toujours un peu plus les humains et l’écologie, et alimentant le capitalisme et le 1% le plus riche, ils ont financé les banques qui prêtent à tour de bras pour maintenir le système.

    Système basé sur la sur-exploitation de la planète qui n’a qu’un seul objectif, produire du dollar que différents sites internet et autres fondations et associations écologiques tentent de verdir, en plantant des arbres pendant que dans d’autres pays on éradique des forêts avec du glyphosate, mais aucun ralentissement de l’économie de la planète, bien au contraire. Les pays déplacent des milliards de tonnes de cultures OGM et de produits imbibés de chimie, des productions éphémères et polluantes inondent les sites de ventes en ligne, on va investir des centaines de milliards pour la 5G et remplacer l’existant et les mobiles, sans s’assurer des risques et conséquences écologiques. Toute cette course consumériste vide la planète et génère une pollution que vents et marées exportent sur toute la planète. Les organisateurs, dirigeants de multinationales dopés aux stock-options et poussés par les actionnaires, par la carotte ou le bâton poussent leurs personnels à produire toujours plus et moins cher et peu durable, pour consommer toujours plus. Les entreprises se rachètent les unes les autres et diversifient leurs activités, en maintenant une pseudo concurrence quand les actionnaires sont les mêmes. L’écologie est écrasée par la compétition économique, et le sera encore plus si on ne limite pas la rentabilité du capital, la terre ne doit plus servir à nourrir cette compétition que les pays se livrent à travers les multinationales, qui se servent des pays tant qu’ils coopèrent à leurs profits. La France recueille 300M€ (milliards €) pour faire vivre les 66 millions de français, quand le CAC40 offre 57M€ à quelques actionnaires qui vont spéculer dans le système financier.

energie3

    Ce dessin montre l’énergie globale utilisée depuis 1965 à nos jours avec projection pour le futur, or je doute que l’énergie verte compense celle fossile qui émet du CO2 et devient rare, et même si on y arrivait, la demande de matières premières et de ressources diverses est telle, que le plus accessible a été consommé et que les générations futures n’auront plus rien. Or la pénurie annoncée n’est pas gérée mondialement par les gouvernements (et le serait-elle équitablement pour tous les pays), ce qui nous mènera à des conflits voir des guerres, car sans ressources ce n’est plus un coup de frein mais un choc brutal avec la réalité, car la vitesse exigée par l’économie n’est pas celle de la planète et de la nature et cette économie hors sol va créer de gros désordres sociaux. Or que font les gouvernements? Ils s’affrontent économiquement, les USA contre la chine, les pays européens se volent la main-d’œuvre sous payée, la Russie vend ses armes en concurrence avec les USA, et des guerres locales sous prétexte religieux éclatent sur toute la planète. Les actions écologiques sont superficielle, quand il faudrait une réduction de 5 à 10 de l’impact écologique (selon les pays).

    Toutes les pétitions et manifestations pour le climat (écoliers compris) ne changent pas le raisonnement des gouvernements fidèles à la compétition et à la croissance, au travailler plus pour payer des retraites, et rembourser une dette, alors que plus de 95% de l’argent/dette créé par les banques ne sert qu’à spéculer, ils poussent des milliards d’individus à s’agiter encore plus, et plus longtemps. Nous ne pouvons laisser nos enfants mener un combat que nous avons causé, l’avenir de l’humanité demande que nous unissions nos efforts pour tuer ce capitalisme néolibéral qui nous mène à notre perte, et qu’aucun gouvernement ni parti seul (même écolo) ne pourra renverser, car il nécessite une action mondiale qu’aucun organisme mondial n’est capable de décider. Les grosses entreprises ont plus de poids sur l’avenir de la planète que les pays et n’hésitent pas à aller plus loin qu’eux pour conquérir toujours plus de profits.

    C’est nous citoyens du monde qui devons par des actions pacifiques (orchestrées par des partis ou associations écolos) impacter l’économie et dérégler le cours des actions boursières, renverser cette économie, et mettre les gouvernements en obligation d’agir et de choisir leur camp, l’humanité et la planète ou le capital et la finance. Les humains des pays riches sont prêts à faire un effort et consommer 5-10 fois moins , mais les entreprises vont en sens contraire. Je veux bien ne plus utiliser de plastique, mais les entreprises nous l’imposent. Je veux moins polluer avec ma voiture, mais que les constructeurs cessent de construire des SUV et 4X4 toujours plus lourds et sur-motorisés qui consomment trop (pour rouler à 50Km/h de moyenne). Je veux consommer local mais la nourriture parcoure des milliers de kilomètres pour se consommer sur le lieu de production, ou elle fait le tour du globe avec des milliers de porte-containers et camions qui polluent pour faire tourner une économie de la surproduction. Il faut repenser les règles économiques pour faire vivre la planète et l’humanité entière, et non plus le capital et une minorité.

    On a limité la vitesse sur les routes pour diminuer le nombre d’accidents mortels, de même, il faut limiter le revenu du capital, arrêter la course au dividende et au monopole (fusion Renault/Fiat), le plafonner juste au-dessus de l’inflation. Les écologistes / économistes doivent créer de nouvelles règles qui respectent les cycles de la planète et les expliquer sur un site mondial, pour imposer une dictature économique contre le néolibéralisme, avec une prise en compte du stock des ressources, de leur exploitation et de leur répartition dans l’équité et dans le temps, pour que nos enfants aient un juste nécessaire pour vivre dans la dizaine de siècles à venir. C’est parce qu’il n’y a aucune restriction sur les ressources que l’économie s’en goinfre pour faire plus de dollars et plus de CO2, et enrichir ce 1% de la planète. Nous sommes responsables, mais drogués, obligés de travailler pour faire tourner ce système que gouvernements et entreprises entendent perpétuer, toutes nos actions pour l’écologie ne diviseront notre besoin d’énergie, elles n’arrivent même pas à freiner le système. Les gouvernements (de toutes couleurs) sont otages de l’économie qui mène le train du monde à grande vitesse, et nous demandent de freiner avec un pied, et de courir avec l’autre pour maintenir la croissance, ils ne contrôlent plus rien et encore moins l’écologie.

    Les gens sont prêts à agir pacifiquement pour aller vers plus d’écologie, il faut une organisation qui conçoive et prépare des actions qui touchent directement l’économie via un site mondial écologique qui aura pour objet d’orienter notre consommation vers d’éventuels acteurs prêts à mettre en œuvre cette nouvelle économie où on produit durable et écologique, et où les dividendes seront plafonnés, en mettant en avant ces entreprises. Comme des secteurs résisteront, il faudra nommer une entreprise et une seule (même néolibérale) qui répondra à nos besoins, dont nous sommes dépendants, mais par contre on boycottera tous les autres concurrents tant qu’aucun n’optera pour la nouvelle économie. Si certains l’appliquent, ils seront répertoriés par le site mondial et deviendront nos fournisseurs. Le mot «choix» risque de disparaître un jour par manque ou néolibéralisme.

    Le secteur bancaire peut servir d’exemple s’il résiste, et qu’aucune banque n’accepte ces nouvelles règles économiques écologiques, le site désignera une seule banque, nous migrerons économies et compte courant vers celle-ci, et on boycottera toutes les autres. Si plus de 20% des consommateurs participent à ce mouvement, le système boursier ne restera pas immobile, et les actionnaires devront choisir entre une action qui rapporte peu ou un capital qui vaut zéro. Ce type de vote où chaque billet de banque pèsera plus lourd que toutes les marches pour le climat, obligera les multinationales et les pays à migrer vers une économie écologique. Secteur d’activité par secteur d’activité, ce type de « vote » peut orienter vers une économie écologique, et donner une chance aux gouvernements de reprendre leur rôle, sinon, le peuple prendra ses responsabilités. Ce mode d’action pacifique peut être appuyer par d’autres actions, comme faire sauter les plombs du réseau électrique en décidant à une heure précise et pendant 1/4 d’heure, d’allumer tous nos appareils gourmands en énergie pour interrompre cette agitation économique et faire bouger les politiques, car pétitions et marches ne touchent pas l’économie, c’est elle qui demandera une action, les politiques décideront son sens ?

    L’économie doit faire vivre tous les humains à condition de faire disparaître le pouvoir de l’argent. La vitesse de détérioration de la planète criée par des centaines de scientifiques, et que les anciens perçoivent trop, doit nous faire agir très vite pour que l’argent serve à sauver l’humanité et la planète, et offrir un avenir plus serein à nos enfants. Nous devons aller vers plus de sobriété des ressources, vers un juste nécessaire, moins c’est sûr, mais peut-être mieux.

(Mis à jour le 12/06/2019)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s