Ecologie, David contre Goliath

Nous :

     Toutes les matières premières que nous avons utilisées en 2 siècles depuis 1800, ainsi que le CO2 émis, sont le fait de 2-3 milliards de privilégiés des pays développés, or au 21éme siècle, ces mêmes personnes (2 milliards) continuent avec, en plus la chine et l’inde (1-2 milliards) toujours dans une optique de croissance économique, or on prévoit peut-être 10 milliards d’humains qui voudront tous le même mode de vie que les populations aisées. Là c’est 10 planètes terre qu’il faudra… Autrement dit, deux choix s’offrent à nous, diviser notre impact écologique par 10, ou nous préparer à une guerre de survie quand les ressources se feront plus rares.

     Une grande majorité des humains oublient les changements climatiques et sur-consomment, ou trop occupés à gagner de quoi survivre avec leur famille, par obligation ou inconscience ils détruisent la planète et la faune, ou collaborent à sa destruction pour obéir à des patrons, ou par choix politiques et économiques que certains gouvernements appliquent. La pauvreté ne s’occupe pas de la transition écologique, pour cela il faudrait se l’attacher par la gratuité sur les besoins vitaux (nourriture, habillement, logement, soins, éducation et transports) ou lui donner plus de liberté avec un revenu universel inconditionnel au-dessus du seuil de pauvreté qui couvre ces besoins. Ce n’est pas la priorité des états qui se livrent une compétition économique pour être plus puissants, et favorisent le capital dont ils ont besoin en accroissant les inégalités et la pauvreté avec ce système néo-libéral. Ils laissent prospérer les paradis fiscaux et limitent les taxes écologiques pour une certaine classe de société (yachts, jets privés, villas somptueuses, …) mais font payer le reste de la population. Faut-il souhaiter quelques catastrophes comme la ville de «Paradise» pour que cette classe de gens coopère réellement à une politique du «Juste nécessaire».

Goliath :

     Les premiers «Goliath» qu’il faut combattre sont les gouvernements qui ont donné tout le pouvoir à l’économie, et qui derrière un nationalisme de conquête économique ne voient pas qu’ensemble seulement ils résoudront le problème pour mettre l’économie au service du monde et non l’inverse. Ils gouvernent à court terme, extraient de la terre les ressources sans compter, au détriment des générations futures et des voisins, et exportent leurs pollutions. On sait que la planète est petite au regard de l’univers, mais aucun organisme international n’est assez puissant pour imposer une régulation de l’exploitation de la terre, et empêcher qu’un état par ses pratiques porte préjudice à ses voisins ou à la planète. Pour des envies de puissance ou pour se sortir de la misère, les états risquent de détruire le fragile équilibre écologique de la terre, ils vivent et pensent comme au moyen age quand l’impact écologique était 1000 fois moindre, or si jadis les conflits faisaient des milliers de morts, les futurs le feront par milliards.

     Les gouvernements doivent arrêter cette course à la croissance et cette compétition des uns contre les autres pour mettre en route une vraie transition écologique, mais entre ceux qui ne négocient pas leur mode de vie n’est pas négociable, et ceux qui font semblant d’intervenir mais font passer l’économie bien avant la planète, l’avenir est sombre et au vu de l’inaction écologique des gouvernements, les citoyens se sentent abandonnés par des politiciens parasites. L’ONU devrait être le gendarme du monde, avec plus de moyens pour faire régner la paix, pour remplacer les dictatures par des démocraties, mais les grandes puissances ont détourné sa fonction la rendant impuissante.

     Un autre «Goliath» vient des fausses idées écologiques pour continuer notre agitation et maintenir un mode de vie de privilégiés qui ne pourra durer plus d’un siècle. La voiture électrique est une aberration, car on a laissé se construire des véhicules sur-puissants de près de 1,5 tonne qui consomment trop (>4l/100kms) en privilégiant le gasoil, et maintenant on aide les constructeurs pour construire des voitures électriques (toujours lourdes) qu’il faudra changer (obsolescence programmée) pour de nouveaux modèles, sans être sûr que la terre possède les stocks nécessaires de matières premières pour toutes les batteries, et cela pour la population riche du globe, les autres, 3-4 milliards pollueront avec nos vieilles voitures. Combien de millions d’écran plats qui n’affichent que de la publicité, combien de téra-octets ne transportant que cela sur internet, quel impact écologique des systèmes informatiques qui ne servent qu’à faire tourner l’économie financière, je n’ai pas les moyens de faire ce calcul mais cela doit demander 5-10% d’énergie. En 1993 j’ai acheté une tondeuse à gazon électrique qui a tenu dix ans, puis, obsolescence programmée j’en ai passé ensuite 4 en 14 ans, on a tous vérifié cette fragilité des appareils dont la réparation est impossible ou trop chère, ce qui nous fait acheter le moins cher,… mais jetable.

 

     Autre «Goliath», les éoliennes et panneaux photovoltaïques, très utiles, mais qui ajoutent leur énergie à celles dîtes polluantes, pour justement augmenter le nombre de sollicitation à consommer et à maintenir cette addiction, car on n’oblige pas à réduire notre consommation, mais on dope notre agitation et nos besoins, et donc la nécessité d’en construire d’autres tout en renouvelant un parc vieillissant (dans quelques années). Est-ce que la terre aura les matières premières nécessaires à cela, et je ne vois toujours pas les économies de CO2.

     Tous les gouvernements tiennent un double discours pour freiner ce TGV anti-écologique, ils nous demandent de freiner d’un pied, et de courir plus vite de l’autre pour une soit disant croissance durable, mais à aucun moment ils ne demandent aux entreprises de freiner leur rentabilité qui se nourrit de cette débauche de ressources et d’énergie sans qu’on les oblige à changer leurs pratiques. Donc, celles-ci continuent ce néo-libéralisme au service du capital, elles cassent le système social et n’hésitent pas à flirter avec l’esclavagisme, à brûler des milliers de tonnes de pétrole via bateaux et camions pour alimenter le monde de marchandises. Que fait-on pour les entreprises qui continuent de produire de l’emballage plastique, des pesticides, des armes, et d’autres produits qui polluent, empoisonnent, tuent, et balancent leur CO2. Les gouvernements ne font rien contre eux, mais nous culpabilisent et nous taxent, laissant ces entreprises continuer librement leurs actions négatives au profit de l’économie.

David :

     Les «David» ont sauté du TGV, il essaient d’ignorer tant bien que mal ce consumérisme, mais ils ne dépasseront jamais quelques pourcents, le poids de leurs actions est aussi léger que celle des colibris face aux X milliards de consommateurs accros à Amazon et autres sites de vente. Il faut réveiller le plus de gens possible pour mettre les gouvernements devant leurs responsabilités car l’avenir de l’humanité est en danger, il faut aussi impliquer les grosses entreprises qui nous proposent de fausses solutions peintes en vert, mais purement néolibérales, les obliger à mettre en place des mesures écologiques qui rognent sur leurs performances financières. J’ai vu un reportage sur les locations de trottinettes électriques dans Paris, où une camionnette faisait tourner son moteur pour recharger leurs batteries, l’employé conscient de l’absurdité de la chose, le faisait pour gagner l’argent qui le fait vivre. Combien de « Davids » pour survivre travaillent contre l’écologie. Les mouvements écologistes ont un rôle important à jouer (s’ils s’unifient) pour orchestrer des actions et faire bouger les peuples contre l’économie prédatrice de la terre et des hommes, à trouver plus que des marches pour le climat, à penser à une autre économie écologique, et orienter notre consommation vers les entreprises qui modèrent leur rentabilité pour le bien-être de la terre et des hommes.

Pour vaincre tous les «Goliath» les gouvernements doivent diviser notre impact écologique par 4-5, vous pouvez signer cette pétition pour les obliger à agir pour toute l’humanité.

Accueil.

(Mise à jour 24/06/2019)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s